Illusoire justice de Pierre FERRUA
 
 
 
 
 
 
Résumé de mon parcours
 
 

Pour personnaliser mon récit, à titre d'informations, je donne un bref résumé de mon parcours.
Pour plus de détails voir la rubrique "autobiographie" sur le site www.undestin.com
__________________________________________________________________________________

Né le 21 avril 1926 à ÉPINAC (Saône-et-Loire).de parents italiens imigrés en 1925

Enfance perturbée par la pauvreté et les souffrances du rejet de l'émigré.

En 1939 j'ai treize ans, c'est la guerre.

Le maigre revenu du travail de mon père m'oblige à quitter l'école pour travailler.
Je souffre de ne pouvoir poursuivre Mes études.

Mon Père me fait embaucher comme ouvrier d'usine

En 1940, je suis placé dans une ferme chez des paysans comme domestique.

En 1941, Je quitte la ferme pour l'apprentissage de la taille de pierre.

Devant l'inégalité des chances la révolte gronde en moi.
Dans un bourg à majorité ouvriers mineurs
Je crée une section de Jeunesse Ouvrière Chrétienne (J. O. C.).
Elle m'offre le moyen de combattre l'injustice.

Sous l'occupation, les activités de la J. O. C. sont interdites,

en 1943, à 17 ans, dénoncé, je suis recherché par les Allemands.

C'est la menace de la déportation Allemagne au titre du S.T.O.
Pour y échapper, je m'embauche dans une mine de charbon.
Pendant deux ans j'y travaille comme mineur de fonds.
Je poursuis clandestinement mon activité au sein de la J. O. C.

En 1945, à 19 ans. La paix est revenue.

Reprise de mon métier de tailleur de pierre.
Je poursuis mon activité au sein de la J. O. C.

En 1946, service militaire au Maroc.

En 1947, entrée chez les Compagnons du Tour de France.

En 1948 A 22 ans reconnu et reçu Compagnon.

On me confie la direction d'une exploitation de carrière et taille de pierre
J'ai une trentaine de Compagnons sous mes ordres.
Je dirige l'extraction et la taille des pierres pour la construction d'une église.

En 1949, église terminée, je reprends mon tour de France.

En 1950, commence la reconstruction du vieux port de Marseille

On m'en confie l'extraction et la taille des pierres.
jusqu'en 1965 après la fourniture des pierres pour le Vieux Port de Marseille, je poursuis ce travail de direction et fonde une famille dans le village de VERS

En 1965, je suis directeur adjoint dans une marbrerie ardéchoise,

J'en dirige les ateliers de taille de pierre et de marbrerie.

En 1966 création de mon atelier d'artisan carrier tailleur de pierre.

Pendant un an, j'assure seul l'extraction, la taille et la pose des pierres

De 1967 à 1980 l'atelier devient entreprise puis Société anonyme.

J'introduis des méthodes modernes d'extraction et de taille des pierres.
Le parc de machines et les ateliers s'agrandissent régulièrement
La clientèle s'élargit du plan régional au plan national.
L'effectif sera de 70 à 90 personnes suivant le carnet de commande.
En 1973, le choc pétrolier favorise le développement du marché de la cheminée en pierre.
Jusqu'en 1980 l'entreprise se développe favorablement, notamment à l'exportation.
Le profit qu'elle dégage est appréciable.

De 1980 à 1990, crise économique et baisse du marché de la cheminée

Dès 1983  les faillites de clients fabricants et revendeurs de cheminées se multiplient.

Les fonds propres de l'entreprise s'en trouvent notablement réduits.
Avec succès, je me tourne vers la grande distribution. Le chiffre d'affaire augmente, mais les fonds propres ne se reconstituent pas.

De 1990 à 1995, années difficiles.

Les défaillances de clients important affaiblissent la trésorerie.
Il faut faire un apport de capitaux pour reconstituer les fonds propres.
Avec l'aide de la Chambre de Commerce, cet apport est prévu par une banque dépendant de la Région. Sa défaillance imprévisible aggrave la situation.
Bien que l'entreprise obtienne de bons résultats, ces derniers sont absorbés par les frais financiers.

A partir de 1990 je recherche un repreneur ou associé pour apport de capitaux

De 1993 à 1995 pourparlers laborieux avec un repreneur

Apparemment Il ne dispose pas de fonds nécessaire.
Les garanties qu'il donne ne sont pas suffisantes pour la reprise.

En mai 1995, sans autre solution, cession de l'entreprise et début d'un long calvaire.

Des repreneurs véreux exploite une faute de mon chef comptable et me traîne devant les tribunaux.